#rêve2018/13/05 [19]

Je décidais finalement de quitter mes amis et de faire cette croisière fluviale avec des inconnus. Je me retrouvais assis sur un siège en hauteur, à l’arrière d’une pénichette gondole, avec d’autres gens et nous traversions la ville par les canaux. Nous nous arrêtions à une étape touristique pour manger — un restaurant souterrain au bout de larges marches de vieilles pierres. On me considérait comme un nouveau, je ne leur étais pas familier. En dessert, on me proposa une très grosse bouteille d’alcool blanc et un gâteau de poisson. J’hésitais, puis, par correction, je dis oui au gâteau. Je désirais ensuite les laisser entre eux et m’en aller, je me perdais dans les escaliers troglodytes ; puis dans des rues de plus en plus étroites. Le crépuscule arrivait. Je hélais un motocycliste patibulaire qui trimballait un énorme moteur avec un palan. Lui et d’autres se regroupaient autour de moi, pour m’offrir leur aide. Je leur expliquais ne pas connaître la ville et m’être garé près d’un stade. Des stades, dirent-ils, il y en avait deux. Et un doute m’étreignait alors : étais-je vraiment venu en voiture ?

#rêve2018/13/05 [19]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *