JOURNAL 2019 / semaine 25

lundi 17 juin

Parents logés chez les voisins. Promené K. à travers la campagne. Lisa & Thomas sont venus d’Ardèche pour les voir.

mardi 18 juin

Visite parents, suite.

mercredi 19 juin

Suite de la suite.

jeudi 20 juin

Parents au train. À dans 20 ans. Arrivée du copain inspecteur de police et de sa femme, on va enfin pouvoir rigoler.

vendredi 21 juin

Fête de la musique au Maquis de Vareilles, avec madame Sacha en chambellan. Claude déguisé en morvandiau, avons repris des chansons en cœur.

samedi 22 juin

Rien. Si : j’ai coupé très courts les cheveux de Catherine, nous voici Samson et Darladirladada.

Petit, les romans de London, Curwood, Cooper – toute cette littérature offerte par Lacassin – m’ont fait rêver. Aujourd’hui, à quoi rêve un gamin ? Quel ailleurs, quelle contrée, quelle aventure ? Post-apo ? Monde virtuel ? Mégalopole ?

dimanche 23 juin

Ces romans où l’auteur a défini un cadre dans lequel il ne reste au lecteur qu’à perdre son temps et à s’emmerder.

Tout s’invente après coup. Le présent est muet.

Ce soir, arrivée de Yorgo Voyatsis. Mais, avant cela, je pas assister à une session d’enregistrement (nommée session Abermale) de Benjamin Petit Delor et Bruno Montano Avilla, au studio d’enregistrement d’Aurélien Merle et filmée par Alain Caron.

JOURNAL 2019 / semaine 25

JOURNAL 2019 / semaine 24

lundi 10 juin

Chez les Villacampa. Puis chez Julien.

mardi 11 juin

De retour à la Grange.

mercredi 12 juin

J’émerge lentement.

jeudi 13 juin

J’ai émergé au moins jusqu’aux genoux.

vendredi 14 juin

Lu Victime au choix (Ed McBain) : son menton carré aurait pu lui servir de marteau. Et Mato Grosso (Ian Manook). Dubitatif, sur celui-là.

samedi 15 juin

Vidé la fosse des eaux usées.

Le steampunk n’a-t-il pas dérivé en produits dérivés de quelques rares bons livres ? // Les paroles prêtent absolument toutes à rire ; je me tairais là, de peur de vous faire vous pisser dessous. // Ils vous disent de faire des trucs, et ça vous occupe une vie.

dimanche 16 juin

Arrivée des parents : la seconde fois en 20 ans.

JOURNAL 2019 / semaine 24

JOURNAL 2019 / semaine 23

lundi 3 juin

Notre salle fait 35 m2, nous y sommes deux ; il y a des années, lorsque je travaillais de l’autre côté de Paris, transports en commun à cette heure-ci, pour le même espace il y avait 120 personnes.

Dans son livre (passionnant) sur Perrault, Marc Soriano note en prélude la contradiction entre la pensée rationnelle et la pensée magique. Comme a) j’attaque la lecture de RétrofictionS et b) je prépare des notes pour la BnF, me vient à l’esprit que le merveilleux scientifique pourrait être une littérature à la fois exigeante et désinvolte ; que Leibnitz assimile le merveilleux à l’erreur ; qu’une volonté est nécessaire pour transformer le scientifique en merveilleux alors qu’une machine doit être élaborée pour séparer le merveilleux du scientifique. Si on trahit le scientifique pour le merveilleux, ne s’abandonne-t-on pas à la croyance ? En d’autres termes, Dieu, quel étage de la fusée ?

Dans un conte, je guette la leçon, la morale ; lorsque le conte est réussi, celle-ci a bon goût de se dissimuler, d’être insaisissable, laissant l’esprit inassouvi et libre – la leçon échappe d’elle-même à l’esprit avide de leçon.

Je ne sais pas apprendre factuellement d’une lecture, à celle-ci lui répond toujours un écho, un rebond imaginatif : jamais je ne pourrais être un universitaire.

mardi 4 juin

Esquissé mes réponses pour la table ronde à la BnF.

Vu Les mines du roi Salomon (Robert Stevenson – 1937). Beaux extérieurs, personnages très bien campés. Werner Herzog a pu s’en inspirer pour Cobra Verde (le village et le roi sanguinaire).

Monnaie locale : ne sommes-nous pas en train de réinventer l’économie fermée du XVIIe siècle, cette période pénible partout ailleurs qu’à Paris ?

Critique à propos du Peau d’âne de Perrault : négligence de l’auteur qui raconte au public son histoire tout à fait aussi obscure et confuse que sa nourrice la lui a contée à lui-même autrefois pour l’endormir. Un piste singulière, à retenir pour une prochaine histoire.

mercredi 5 juin

BnF. Interventions intéressantes de tous, mais je suis le seul à citer son charcutier. Lorsque les auteurs ont écrit leurs textes, ils n’avaient aucune notion d’appartenance au futur genre merveilleux scientifique. Françoise et Claude sont passés. Repas avec François Angelier et Serge Lehman.

jeudi 6 juin

Repas asiatique avec Costes & Altairac, Rivera et les Boutel : ai découvert les œufs de cent ans. Retour en train, suis tombé sur Aurélien, des Goguettes.

vendredi 7 juin

Mort de Dr John. Je vais tout de même à Angers, pour ImaJn’ère.

samedi 8 juin

ImaJn’ère.

dimanche 9 juin

ImaJn’ère, suite. Pas le temps d’écrire.

JOURNAL 2019 / semaine 23

JOURNAL 2019 / semaine 22

lundi 27 mai

Hormis la gamine à cheveux courts (Millie Bobby Brown) et le flic (David Harbour), il n’y a pas grand chose à sauver de Stranger things.

mardi 28 mai

Dispositions prises pour le saut à la BnF mercredi prochain, le soir après le restau, voyagerons ensemble le mercredi soir, Boutel et moi.

Manuscrit posté pour les éditions Rivages : en voici deux projetés dans le no man’s land qui s’étend entre l’auteur et l’éditeur.

Téléphoné à J-L Rivera, pour être invité à Sèvres non pas comme Carnoplaste, mais en tant que Robert Darvel, auteur : table, restaurant et défraiement.

Ce dépit à propos du traitement du prix, je l’ai utilisé avec fruit : j’en ai tiré une histoire.

L’expression : écho du futur à propos d’un visionnaire.

mercredi 29 mai

Un post-apo qui décrirait une France en décomposition totale, d’où émergent les tentacules de son prochain futur, la France comme un caïman du Brésil, pays-ventre jaune gonflé, fendu par les gaz de putréfaction de tous ceux qui ont précipité sa perte.

jeudi 30 mai

Lu Le brouillard (Henri Beugras) : un homme effectue un trajet en train. Las, il fait étape dans une ville. Le lendemain, il apprend qu’il n’y a pas de gare. Coincé. Et le brouillard, et le Carnaval. Et les cadavres… Un cauchemar parfait, du niveau de La montagne morte de la vie de Bernanos fils. L’auteur, né en 1930, vit à deux pas de la Grange.

On vient de retrouver du couscous dans le congélateur : putain de Fanny !

vendredi 31 mai

Depuis vingt ans que nous avons la Grange, des rouges-queues nichent dans le garage. Chaque année, un couple couve sur une poutre. Nous laissons la voiture dehors pour que les chattes ne les ennuient pas. Les œufs éclosent, ça piaille, ça nourrit, ils sortent enfin, volètent et se posent avant de s’envoler. Cette année, sur trois, deux ont été tués par Troupille et Chastragnette. Un mois dans le nid caché dans l’ombre, envol, tué au seuil du ciel infini : ai songé au possible et troublant parallèle avec ce qu’écrit un auteur.

samedi 1 juin

Quoi qu’en dise ma mère, je n’ai aucune mémoire, pas plus immédiate que lointaine. Je me souviens de détails précis, comme la disposition des pièces de tous les appartements de mon enfance. Maintenant, je vais être amené à noter ce que me disent les gens dont je pense utiliser les mots dans mes histoires – mais qui lira mes notes sera surpris de n’y rien retrouver de ce qui vient d’être dit : je retiens uniquement ce que mon imagination invente à ce moment là.

TMPSDB : 10 chapitres, je tiens vraiment la manière, mais je ne sais pas ce que je suis en train de raconter.

dimanche 2 juin

Si je devais garder un seul album de BD, je les garderais tous, dont, surtout L’encyclopédie des bébés de Goossens. Et d’ailleurs, pour mon intervention à la BnF, en introduction, je vais citer Marc Soriano et Goossens.

Depuis 2005, nous arpentons des vides-greniers. Le nombre de choses que je n’y ai jamais vues est tout bonnement étourdissant.

JOURNAL 2019 / semaine 22

JOURNAL 2019 / semaine 21

lundi 20 mai

Européennes : c’est un monde mort qui, sporadiquement, pourrit les esprits, gâte les chairs et nous mène vers sa propre tombe.

Rêvé une nouvelle cette nuit, l’ai écrite ce matin, l’ai corrigée cet après midi : Un spectre hante les Imaginales. 13 350 signes. Il faut que je me sorte la séquence de l’esprit.

Je suis effondré : un ami m’apprend sans aucune précaution qu’une de ses poules se coince les œufs dans le croupion.

mardi 21 mai

On est seul chez soi à écrire des trucs six jours sur sept (le septième, on va aux toilettes). Comme reconnaissance, on se prend des scuds lancés par des blogueuses. Et pour une fois qu’il y a réjouissances et échanges entre auteurs, paf, revenez l’année prochaine, de nouveau anonyme.

On enfile le grand masque pourri de la politique : à chaque élection, ces préparatifs de hold-up.

mercredi 22 mai

Le personnel politique actuel est-il le déchet ultime, la concrétion rebutante de l’ère industrielle ?

jeudi 23 mai

Un ministère oui, mais en quelle proportion d’un mètre-cube de bois ?

Nous, Insulaires de plastique, apprenons avec stupeur qu’il existe des continents de roc et de terre !

vendredi 24 mai

Le Whale est à la Grange. Adieu troussepinette, poire et mirabelle. Couché à 3H45.

samedi 25 mai

Festival Escargot Noir au marché couvert de Sens. Installation parfaite. En vis-à-vis de la verrière, j’observe, en milieu d’après-midi, un vieil homme fermer ses persiennes, sans doute pour la sieste. Sur la tête, il a un filet capillaire.

dimanche 26 mai

Festival Escargot Noir, suite : parfait. Vendu 10 pas mal de Femmes d’argile et d’osier, des Harry Dickson en Helios, du NECROPORNO au gars de French Pulp. Ai revu David Coulon. Merci Justime, Hermine et Magali.

JOURNAL 2019 / semaine 21

JOURNAL 2019 / semaine 20

lundi 13 mai

Lu Turlupin de Leo Perutz, qui s’amuse beaucoup : — Ce que vous appelez l’ordre, dit M. Gaspard, l’air songeur, c’est ce que j’appelle le règne violent de la loi du plus fort. A qui profite-t-il, cet ordre ? Aux douze cents brigands qui, avec l’accord du roi, ont partagé entre eux les charges et les fonctions, comme tout le bonheur et tout le bien-être.

mardi 14 mai

Le propre d’un écrivain est d’exprimer. J’ai exprimé un dépit. Si un prix ne sert à rien, s’il a peu d’incidence commerciale, sans mise en place ni bandeau il n’en a aucune – un bandeau ! des salons pour écouler les bandeaux ! – C’était une figure-gigogne : tu apportes un prix à ton éditeur, tu demandes un bandeau, une mise en place, il te dé-sa-mi-fie sur facebook. A-t-on jamais ouï pareille idiotie ? Il se désengage d’un salon où nous sommes tous deux invités comme auteurs.

Vu Dragged Across Concrete (quel titre épatant !) : long, lent, un brin grotesque, mais prenant.

mercredi 15 mai

Invité à Tonnerre en septembre par Fred Morwen Malvesin : mon bouquin (lauréat du grand prix du roman francophone aux Imaginales, mazette !) sera-t-il au moins encore disponible ? Partant de l’adage qui dit qu’un prix littéraire ne fait aucunement vendre, on œuvre pour que le prix littéraire ne puisse absolument pas être distingué, mis en place et vendu. Je le répète, car je suis énervé. De plus, aux Imaginales, il y avait des écrivains nordiques, dix occasions pour moi de créer des liens.

Un autre plaisir de lire Marelle et ses chapitres dans un ordre aléatoire est qu’on ne sait pas où on en est, ce qu’on a lu, ce qu’il nous reste à lire.

Les romans réalistes ont très peu à voir avec la réalité du monde, ils se rêvent réalité, on n’a pas à leur opposer les romans imaginaires – qui eux se rêvent imaginaires.

Revenu sur la quatrième version de TMPSDB : 4 chapitres bouclés, cette fois-ci, j’ai la manière.

jeudi 16 mai

Soudain, je me rappelle le sens du mot anamnèse.

vendredi 17 mai

Catherine tond. J’écris.

samedi 18 mai

Revenons du Maquis de Vareilles avec des plants de tomates. Brouettes de fumier de poney récupérées de chez le voisin en échange d’une bouteille de crème de framboise maison.

dimanche 19 mai

Il pleut, lu Le secret de l’Espadon : les poses des personnages et les paysages réellement oniriques font le charme de l’histoire.

JOURNAL 2019 / semaine 20

JOURNAL 2019 / semaine 19

lundi 6 mai

Bon. Ai téléphoné à S. N. Confirmation de ma non-participation au festival d’Épinal (s’il ne fait pas partie des auteurs invités en amont de l’attribution du prix, le lauréat n’est pas ajouté à la liste), mais en revanche, invitation pour 2020. Tel à A-F R : pas de bandeau, pas de retirage, pas de re-mise en place. Pas de nouvelle vie pour le livre, hormis les commandes client en librairie et sur le site éditeur : il n’y a pas d’attaché de presse lié au prix pour s’occuper de faire rebondir l’affaire. Éventuellement, une mise en place du Hélios (avec sticker) à négocier avec le nouveau diffuseur à la fin de l’année. Ai la promesse que la collection Hélios sera travaillée en fonds permanent dans les librairies. Je vais donc devoir faire le vrp régional. Du coup, ai posté le tapuscrit du RDPDLPM à l’Arbre Vengeur et ai relancé David M. à propos du CC. Vu The old man and the gun (David Lowery, 2018) avec Robert Redford (82 ans), Sissy Spacek (69 ans), Tom Waits (69 ans), Danny Glover (72 ans), Keith Carradine (69 ans) et Casey Affleck (138 ans).

mardi 7 mai

Libraires sur Sens, médiathèque de Cerisiers, amis dans la profession :
— le grand prix du roman francophone aux Imaginales ? C’est extra ! Réassort librairies avec bandeau ?
— Non, avoir un prix ne fait pas vendre, puisqu’il n’y a pas d’attaché de presse, donc pas de réassort avec bandeau, rien et de toute manière, positionné au rayon imaginaire, le titre ne se vendait pas, il y a eu des retours importants au bout de deux très longs mois en place chez les libraires, c’est un échec, il y a peu, l’éditeur me glissait avec tact qu’il n’aurait pas dû le sortir, lui – mais quelqu’un d’autre.
— Ah. Et l’éditeur communique dessus, maintenant qu’il est primé ?
— Inutile, le diffuseur ne suivra pas, qui refuse à le repositionner en littérature générale – là où il pourrait toucher un autre lectorat.
— Donc, puisqu’il ne se vend pas, on ne le vend pas ?
— Ne faites pas de mauvais esprit.
— Dites, n’est-ce pas le même argument sardonique utilisé contre les libraires qui démontrent que l’Imaginaire ne se vend pas en supprimant le rayon ?
— Tss tss. Il y aura des commandes de clients, et il est toujours en vente sur le site. Comme tous les autres livres de l’éditeur.
— Zut alors, voilà donc un prix qui ne sert à rien, ou si peu, ni pour le roman ni pour l’éditeur qui œuvre pourtant avec vaillance, affirme-t-il, à proposer et à défendre des textes de qualité ? Il n’y aura donc aucune autre communication que celle de l’auteur, tout heureux, chantant sa joie à ses voisins de hameau et sur les réseaux sociaux ?
— Communication ? Ah, si : c’est écrit en gris pâle sur le site, tout en bas de la présentation du roman, et l’info était donnée en troisième position sur la newsletter de l’éditeur, après le rappel du prix spécial aux Imaginales 2018 (pour saluer un tome 2) et la sortie en poche du prix de la meilleure traduction 2018, toujours aux Imaginales. Je suis le petit dernier, tout fébrile.
— Mais vous serez tout de même à Épinal ?
— Non : le prix et le salon sont deux choses séparées, seuls les lauréats qui étaient invités avant le résultat des votes y sont, du coup.
— Et sur le stand de l’éditeur ?
— Il y a déjà plein d’auteurs et ce weekend-là, de manière sans doute benoîte, je suis sur un petit salon local (et policier). Et, je vous le répète, tout ça c’est la faute du diffuseur, et du salon, et du lectorat de l’Imaginaire, laminé et abêti par d’autres éditeurs qui n’œuvrent pas avec vaillance à défendre des textes de qualité.
— Pas de bandeau, tout de même, c’est triste d’avoir le prix, mais pas le bandeau.
— Je le regrette, c’est joli un bandeau, ça donne confiance en soi, pour les prochains textes à écrire. Pas de bandeau, mais un beau sticker.
— Ah, tout de même, un sticker.
— Oui, l’année prochaine, sur l’édition poche. Ce qui tombe bien : en 2020, je serai donc invité aux Imaginales. Avec un peu de chance, je pourrais saluer le lauréat suivant. Je verrai s’il est plutôt bandeau ou sticker.
Sinon, David M. ne prend pas mon roman CC : il a trop à faire avec ses auteurs pour les deux années à venir (mais il espère me saluer… aux Imaginales). C’est bien ma chance, tiens, de soumettre un roman à un éditeur qui s’occupe de ses auteurs.

mercredi 8 mai

Le fantastique n’est pas un distorsion de la réalité, qui, après un retour à la normale, après le rétablissement, laisse cette dernière avec une indicible empreinte ; à mon sens, c’est un abandon des règles de la réalité, sans explication ni retour, sans appel à une résolution, sans logique, sans cause-miroir ; c’est une redistribution après une mue. La fin d’un récit fantastique n’a pas à proposer de raison, elle n’est pas débitrice auprès de la réalité. Il ne faut pas faire croire au fil d’une logique point-par-point. Il ne faut pas inciter à demander : pourquoi. Il faut faire naître un frisson d’abandon, un frémissement, un renoncement. Là, rien n’est tenu d’obéir. Il n’y a pas de déception, de dépit qui tienne. Lu Kafka sur le rivage (Haruki Murakami) : personnages attachants, écriture limpide. Et fin qui évite tout formalisme logique, qui laisse les choses quelque peu flottantes. Plan définitif de TMPSDB : 18 chapitres, de ces chapitres flottants dont la nécessité narrative se révèle à la lecture du suivant afin de fasciner le lecteur avec un procédé plus amusant que l’abrupt suspens haché des thrillers. Les arts ont-ils été inventés pour qu’à table, on puisse parler d’autre chose que de sa mutuelle ? Pendant des siècles, des millénaires même, force et virilité ont été inséparables. C’est à ce point que dans l’imagination populaire le poids et le poil constituaient des attributs obligés de la force. L’homme fort avait le type préhistorique et additionnait l’obésité, la poitrine frisée et la barbe drue. On ne saurait attribuer trop d’importance à la révolution apportée par E.R. Burroughs avec son personnage de Tarzan. Car Tarzan incarne indiscutablement la force. Mais une force d’un type entièrement nouveau, glabre et agile. C’est le héros juvénile au menton lisse et au ventre plat. En vérité, cette histoire de barbe est une clé. Car, notez-le bien : non seulement Tarzan est impensable avec une barbe, mais il ne saurait pas davantage se raser tous les matins. Mais nous ne sommes pas allés assez loin en parlant de héros juvénile. C’est enfantin qu’il fallait dire. Tarzan n’a pas de barbe et n’aura jamais de barbe, parce qu’il est définitivement impubère. C’est un enfant de dix ans monté en graine et en force. (Michel Tournier, Le bonheur en Allemagne ? – p. 26)

vendredi 10 mai

Quand je lis un thriller, mon cerveau invente et rue pour s’échapper de l’histoire ; quand je lis Cowper Powys ou Cortázar, mon esprit flotte et dérive. Rien n’est plus beau que le chapitre 73 de Marelle. Le concept d’agence de voyage confus : pour ceux qui veulent quitter, s’en fichent de la destination.

samedi 11 mai

Jamais mon « œuvre » n’a été autant inachevée.

dimanche 12 mai

Arlette et Véronique à la Grange. Ai lu, dans Portraits et propos (par Luis Harss et Barbara Dohmann) ceux de Cortázar au moment de la sortie de Marelle : ma journée est toute déconstruite et l’herbe touche le ciel.

JOURNAL 2019 / semaine 19

JOURNAL 2019 / semaine 18

lundi 29 avril

Drôme. Mise en carton de Saint Vallier.

mardi 30 avril

Déménagement de Lisa en Ardèche.

mercredi 1 mai

Sapins, herbe, oiseaux, vaches. Pas de réseau, pas de téléphone. Pas de nouvelles d’Épinal, hé hé. Vu un lézard vert au visage bleu électrique. Non, deux. Endroit calme. Hormis les oiseaux et les grillons. Ici, les arbres poussent penchés dans tous les sens, comme s’ils tentaient de s’éloigner les uns des autres. Vallon, ceux qui vivent sur les pentes ont souvent des fesses musclées.

jeudi 2 mai

Deux drôles de rêves, trop complexes pour être notés, logiques dans leurs moindres détails et d’une agilité de construction qui m’émerveille : il y a à y puiser de merveilleuses solutions narratives. Lu Madame Marie Grubbe de Jens Peter Jacobsen. Vais devoir lire La famille de Grethe-la-Poule de Andersen et dénicher Le voyage souterrain de Nils Klim de Ludvig Holberg. Lu Il est minuit, Charlie Chaplin de Stuart Kaminsky. Peu bavard, pas digressif, mais pas sec, un bon équilibre d’écriture. Pour Ogrur : revoir la narration, retrouver l’enchantement qu’on ressent à imaginer de petits bonshommes gravir des mottes de terre ou traverser un ruisseau, ou camper sur la croûte sèche d’une bouse de vache. Réévaluer le cadre post-apo. Pour TMPSDB : commencer directement par Ed qui entre dans l’ascenseur. Réécrire de manière que chaque chapitre soit une énigme dont la nécessité narrative se dévoile à la lecture du suivant.

vendredi 3 mai

Vu Avengers Endgame au cinéma et en vf : en gros, à voir l’état des rues où personne ne songe à enlever les poubelles et le parking du stade encombré de voitures abandonnées, la moitié de la population mondiale transformée en farine de froment par Thanos sont les travailleurs modestes, les corvéables (les survivants roulent toujours en Audi) ; ensuite, un personnage (Scarlett J.) dit : je n’étais rien, après j’ai eu un job et une famille ; ensuite, il y a une partie de rugby intergalactique avec un gant à la place du ballon ; à la fin, Captain America choisit de se transformer en Clint Eastwood vieux. Quelque chose de dissimulé se dévoile lorsqu’on écrit. Il faut régler sa lecture au rythme du livre : l’auteur abonde de détails, lisons-les un à un, mais la tension narrative doit être mesurée afin de ne pas inciter à l’impatience ; il narre vivement : lisons lentement ; son travail apparaît. Eparcyl et la garantie d’une fosse tranquille : j’ai l’impression de pisser sur la tombe de François Mitterrand. Sinon, du réseau, brièvement, en sortant de la combe où habite maintenant Lisa : Femmes d’argile et d’osier a eu le prix du roman francophone aux Imaginales. Ce malin de Corteggiani le savait : « il n’y a pas de bouquin d’Estelle Faye en lice », m’avait-il dit. Chic ! des lecteurs pour cette histoire qui, bâtie sur la réalité, s’effondre au ralenti puis se fragmente très vite avant de disparaître dans la poitrine d’osier d’une vieille femme. Vu Tic & Tac Rangers du risque, l’épisode avec les zanzipattes et cette réplique prononcée par Tac d’une voix de canard : garçon, la même chose !

samedi 4 mai

Lu Le Dauphiné libéré. Seule la Taxe sauvera le monde, affirme le politique. Imaginons qu’il n’y ait plus de Terre, mais un agglomérat, un amas de politiques agrippés les uns aux autres, qui dérive dans l’interastral en rugissant : taxe ! taxe ! ; l’amas criaillant échoue quelque part au centre de l’univers, il y a un éco-portail cosmique qui l’aiguille vers un trou noir, une recyclerie d’où il ressort sous la forme d’une inconséquente crotte d’antimatière. L’univers secondaire d’une Fantasy pourrait être un monde au vocabulaire limité. Une dame d’ici, la soixantaine, célibataire avec deux chats et un chien, nous glisse que le vin d’ici, le Saint Jo[seph] est couillu.

dimanche 5 mai

Rentré à la Grange, retrouvé les deux chattes. Grêle. Hautes herbes. Maison. Et c’est tout.

JOURNAL 2019 / semaine 18

JOURNAL 2019 / semaine 17

lundi 22 avril

Des étrangers vont et viennent dans un jardin privé ; il n’y en a pas au-delà du jardin, ils n’apparaissent que là – et disparaissent, uniquement aux yeux du propriétaire. Je lis dehors, sous le tamaris ; un lézard se laisse tomber d’une branche juste à côté de moi ; il file dans l’herbe, sur mon pied nu et disparaît par le bas de mon pantalon.

mardi 23 avril

Levés à 6h pour remplacer Sébastien au marché de Malay-le-Grand, le temps qu’il fasse réparer son camion. Aux prises avec la caisse enregistreuse, le code kiwis et le lecteur CB. Vu Sweet country (Warwick Thornton) : Australie, début du XXe, très bien. Revu Le miroir de Tarkovski : je ne tiens toujours pas à tenter de le décrypter.

mercredi 24 avril

Ce matin au réveil, ai eu sous les yeux le boitier DVD de La caravane de l’étrange ; me suis souvenu de la fin abrupte (série non reconduite) et du soulagement ressenti : il y aurait eu redite, une entité prend possession d’une autre personne. Ai songé à la figure méta qui se présente systématiquement comme solution à une intrigue embrouillée ; ai songé à son contraire, une infection microscopique. Suis retombé sur l’antinomie possible bicaméral vs microbiote.

jeudi 25 avril

Il pleut. On mange du couscous. Comme hier soir. Encore du couscous. Vu Une drôle de gosse avec Danielle Darieux, Albert Préjean et Lucien Baroux : de vraies images de Bercy en 1935; les mêmes, exactement, que celles des Vampires de Feuillade, 20 ans auparavant.

vendredi 26 avril

La caverne de nos corps. Je crois que personne n’est plus disposé que moi à devenir l’esclave béat des combinaisons attrayantes de mots (John Cowper Powys). 1) / récit : Asnières, 23h35. Mme G. sortait les poubelles lorsqu’une ombre gigantesque recouvrit le trottoir. C’était un ogre. 2) / conte : Dans le petit village de Glozen apparut un ogre. La laborieuse mise en situation d’une suspension de crédulité du récit vs Le côté péremptoire, immédiat et indiscutable du conte. Vu Une java de Claude Orval (1939) avec Mila Parely, un drôle de visage moderne.

samedi 27 avril

Réunion anti-éoliennes, à nous cinq nous totalisions 375 ans : The wind that shakes the barley.

dimanche 28 avril

A mon sens, il ne faut pas opposer forêt et étoiles. Il y a là un merveilleux sujet de récit (en réponse à Xavier Dollo pour qui, la forêt c’est le repli, les étoiles, l’élan). Je suis en train de lire un truc de SF récent, j’ai le sentiment de parcourir un conglomérat de notes Scrivener, aucun liant qui témoigne d’une sensibilité d’écrivain. Ce qui ne témoigne t’éloigne. Demain, Ardèche.

JOURNAL 2019 / semaine 17

JOURNAL 2019 / semaine 16

lundi 15 avril

What are the musical materials behind, for example, the guitar part on ‘Fashion’? Bartok string quartets“ (Robert Fripp). Relu, corrigé et imprimé Le retour du prisonnier de la planète Mars pour envoi à un éditeur-qui-souhaite-du-papier.

mardi 16 avril

Hier le feu, aujourd’hui la pluie. Revu le chapitre 8 de TMPSDB – qui changera sans doute de nom et de nature, avec cette histoire de planches coupées qui se dressent comme la lisière d’un pays. Ai appris en discutant avec le voisin (Claude Thorelle, celui des pintades) que le sapin ne libère pas de tanin, contrairement au chêne ; les taches grises sont des moisissures dues à la sciure laissée le temps de séchage, ou bien à la durée entre la coupe de l’arbre et son débitage à la scierie. Quoi qu’il en soit, ces taches s’animent sous les yeux de la gamine Valentine : c’est donc une lisière où s’enfoncer, une sorte de forêt de Ryhope de Holdstock – la contrée de Thorellie – dans ma propre salle de séjour ! Il est probable que Valentine soit issue de cette contrée ; Kjeller l’en a suscitée pour qu’elle aide Gj Kallenavne à défaire Ed Charlou et ses potes ; à la fin, Gj s’y laissera sans doute entraîner.

mercredi 17 avril

(4h29 du matin)
Si j’avais à parler de ce que je suis en train d’écrire, je dirais ceci : Vous avez cinq bonnes minutes ? Car j’ai cinq bons récits sur le feu, dont deux et demi sont terminés. Et un sixième se profile.
Le premier est un roman qui met en scène un trio composé de deux jumelles et d’un jeune garçon, ainsi que d’une mystérieuse justicière masquée à l’existence aléatoire. L’histoire se passe dans l’Yonne, terreau de bien des serial killers – Emile Louis, Trieber et même le fameux docteur Petiot de Villeneuve-sur-Yonne – et met aux prises notre trio de préadolescents et un tueur qui sème dans la campagne des victimes qu’il étouffe avec une drôle de machine. Qui est l’héroïne masquée ? Une jumelle, l’autre jumelle, ou bien… ? Le titre en est Le Chevalier Compost. C’est écrit dans l’esprit des Fantômette de Georges Chaulet. (270 000 signes.)
Le second m’a pris exactement 50 ans à l’écrire. Il s’intitule Le retour du prisonnier de la planète Mars. Certains d’entre-vous connaissent le livre de Gustave Le Rouge, paru en 1906, qui raconte les mésaventures d’un homme projeté sur l’astre d’épouvante par la force psychique de 10 000 fakirs. Là-haut, il doit se battre contre des Vampyres, eux-mêmes nourriture du Grand Cerveau « haut comme le mont Blanc ». Il vous suffit de savoir que ce personnage se nomme Robert Darvel pour comprendre le sel de l’affaire. Un siècle s’est écoulé ; je suis toujours là – et je retourne enchanter Mars, en passant par l’Algérie, la Kroumirie et l’Inde. (La première version de 600 000 signes a été réduite à moins de 300 000.)
Une bande dessinée avec Patrick Dumas, intitulée Araknia – en aérostat vers les étoiles qui raconte le périple initiatique et interastral d’un homme (mort ?) entrainant son épouse, sa fille et son gendre vers les confins d’une ceinture d’astéroïdes peuplée d’araignées et de poulpes de l’espace, et ceci en aérostat piloté par un mystérieux Queequeeg tatoué. (Le synopsis est détaillé dans son entier, et story-boardé pour moitié.)
Sur la planche à pain, deux autres romans :
L’un, Moi, Ogrur le minuscule, se dévoile comme une sorte de croisement entre Les minuscules de Roald Dahl et un récit post-apo : suite à un saccage écologique, des personnages de 5 cm de haut doivent traverser un jardin dévasté et mutant vers un mythique mésopotager susceptible de leur permettre de survivre. Les pires créatures qu’ils devront affronter sont des néologismes rebutants. Là aussi, il y a des jumelles, mais celles-ci apprennent à voler en observant des libellules mutantes. (Rédigé pour moitié, il ne devrait pas dépasser 300 000 signes.)
Et le dernier, Tous mes potes sont des bâtards (titre de travail) qui se développe devant mes yeux étonnés, est une sorte de polar social ancré dans la réalité de la région où je vis (le pays d’Othe) qui bifurque vers la Norvège et donc vers le conte nordique, écrit et traité à la sauce sud-coréenne (c-à-d avec une variété de ton imprévisible). Là aussi, il y a une gamine invisible, des personnages véritables – vous et moi – ainsi que des choses réalistes et des choses magiques. Je le destine à une traduction en norvégien (par l’entremise de l’épouse norvégienne du consul de France à Londres) afin de répondre à l’invasion de polars scandinaves. (150 000 signes en place ; moins de 300 000 visés.)
Une fois expédiés ceux-ci, se profile un spin-off de L’homme qui traversa la Terre se passant exclusivement au centre de la planète et racontant ce qu’il est advenu d’Emerance de Funcal et de Louis Zèdre-Rouge, et s’attardant avec plus de précision sur les Caustes et d’autres créatures vivant en-deçà de la lithosphère. Titre pressenti : Les Robinsons gyroscopiques.
Puis ensuite, j’attaque un gros truc qui nécessite de la documentation, du souffle et une immersion de plusieurs mois. Pour retrouver le plaisir procuré par l’écriture de Femmes d’argile et d’osier.
Il est 6h, le jour pointe – et j’ai tracé les grandes lignes du chapitre 10 de TMPSDB.

jeudi 18 avril

Chastragnette a passé une demi heure la truffe dans un trou du jardin, qu’elle se frotte régulièrement avec la patte, et elle y retourne : elle mange des fourmis. Vu Boogie Nights (Paul Thomas Anderson) : plaisant de voir tous ces acteurs cabotiner à la limite du mauvais goût.

vendredi 19 avril

Lu Les jumeaux de Black Hill (Bruce Chatwin), traversée d’un siècle racontée comme le font des ricochets sur l’eau, de loin en loin, d’année en année. Sur la fin, les frères fêtent leurs 80 ans par un tour d’avion au-dessus de leur pays. Lu ce chapitre ce matin dans le jardin, fauteuil au soleil, bruits d’enfants, oiseaux, insectes, herbe tondue, et une chatte allongée à côté. Les larmes me sont venues. La vie. Ai pensé aux papas de Chastragnette, de l’autre côté de la départementale. Ont passé leur vie ici, ensemble, pas d’épouse, pas de descendance. Je vais les écouter parler, avec un papier et un crayon, j’y songe depuis longtemps, je vais écrire leur livre. Je suis certain d’entrevoir certaines choses magiques. Une colonne de soldats de plomb sans tête défilaient sur le rebord de la fenêtre. (p. 233)

samedi 20 avril

Hier soir, concert intimiste de Leonore Boulanger / Jean-Daniel Botta / Benjamin Petit Delor / Bruno Montalo au Maquis. Y a-t-il au moins des grenouilles en Croatie ? Il est difficile d’idéaliser l’estomac. Il est désagréable de penser que la fin, quand elle viendra, sera probablement causée par quelque détestable croissance fongueuse au centre de notre sensibilité nerveuse. On préférerait être mangé par des poissons argentés plutôt que par un gros polype couleur de plomb. (John Cowper Powys) La SF : une fabrique de futurs obsolètes. Mon âme est dolente, elle est d’eau lente ; sculptée par une autorité coercitive, elle revient lentement, mais toujours, à sa sa forme initiale. Si l’âme n’existe pas, alors les yeux ne sont pas de fenêtres ; ce sont des yeux. Comment affronter une administration qui, hors éditorialistes et forces de l’ordre, n’existe quasiment pas au-delà d’elle-même

dimanche 21 avril

Vu Thunder Road de et avec Jim Cummings : périlleux, juste en équilibre. Tout à l’heure, trentenaires à la sortie de l’église de Cerisiers, passant devant deux policiers armés : c’est une bonne chose de se sentir en sécurité, de savoir qu’on nous protège. Lu Les libertins du ciel (John Boyd) : un régal.

JOURNAL 2019 / semaine 16