Parutions : liste chronologique

(chaque titre grisé renvoie à un article ; à terme tous auront le leur.
mais dans un parfait désordre de publication – selon notre humeur.)
Vous trouverez le lien vers le site de l’éditeur entre parenthèses.

[2008]
la rivière sans visage (Harry Dickson No. 181 / FASCICULE)
Le ministère du grand nocturne (Harry Dickson No. 184 / FASCICULE)
LE RÉVEIL DU CHRONOMAÎTRE (Harry Dickson No. 187 / FASCICULE)

[2009]
Le baal des psychonautes (Harry dickson No. 182 / FASCICULE)
le secret de la pyramide invisible (Harry dickson No. 183 / FASCICULE)
la treizième face du crime (Harry dickson No. 202 / FASCICULE)
crime avec fait étrange (hebna calde no. 1 / fascicule)
le dieu inhabité (Harry dickson No. 185 / FASCICULE)
crime avec singe (hebna calde no. 2 / FASCICULE)

[2010]
le meurtre de poplar hospital (lady lace no. 1 / FASCICULE)
le désert des chercheurs d’ordre (Harry dickson No. 186 / FASCICULE)
Jeanne d’arc contre le maître des vampires (jeanne d’arc no. 1 / FASCICULE)
jeanne d’arc au pôle nord (jeanne d’arc no. 2 / FASCICULE)
le fil à couper le cœur (Harry dickson No. 188 / FASCICULE)

[2011]
la mort aux tentacules de poussière (le psychagog no. 1 / FASCICULE)
souvenirs à propos de harry dickson par un affabulateur venu de mars (PRÉFACE)
musée-homme (NOUVELLE)
chimère (NOUVELLE)
l’isoloir (NOUVELLE)

[2012]
le cimetière des hommes morts (harry dickson No. 189 / FASCICULE)
ravageuse ! (cover to cover no. 1 / FASCICULE)
oops !… they did it again (NOUVELLE)
l’homme au cœur double (NOUVELLE)
the man with the double earth (NOUVELLE / TRADUCTION de la précédente)

[2013]
les revenants de l’île de pâques (NOUVELLE)
necroporno (ROMAN)
on se revoit à la saint-truphème (NOUVELLE)
SEPT POUR UN MILLION (NOUVELLE)
Amour, siamois et sorcellerie (NOUVELLE)
JE ME DÉCIDAI POUR UNE HISTOIRE COURTE (NOUVELLE)
les onze mille gorges de l’océan (NOUVELLE)
l’île du docteur corman (FASCICULE)

[2014]
les porteurs de deuil (Harry dickson No. 190 / FASCICULE)
la machine à explorer baker street (NOUVELLE)
chienne (NOUVELLE)

[2015]
les marionnettes de la mort (NOUVELLE)
hors des eaux (NOUVELLE)
killing joe d’amato (NOUVELLE)
le bruit des os (NOUVELLE)

[2016]
harry dickson s’amuse (NOUVELLE)
harry dickson 1 (RECUEIL)
VERs MARS à bicyclette (PRÉFACE THÉÂTRALE)
HARRY DICKSON 2 (RECUEIL)
l’homme qui traversa la terre (ROMAN)

[2017]
L’eau-delà (NOUVELLE)

[2018]
Femmes d’argile et d’osier (roman)
un couteau inconsolable (Harry dickson No. 191 / fascicule)
Firmin le lapin (nouvelle)

[2019]
Un spectre hante les Imaginales (Humeur)
Un épisode de la chasse au P. (NOUVELLE)

[2020]
le mollard dans le désert (nouvelle)
11,000 underwater gorges (NOUVELLE / TRADUCTION des onze mille gorges de l’océan)
Parutions : liste chronologique

2021 / chapitre 2

En 1984, Lovecraft est projeté sur Dune par Big Brother afin de délivrer Grogu des griffes de Baby Cthulhu.

Dans un futur proche, nous serons tous bannis des réseaux sociaux.

Non à cette liberté liberticide.

Ces séries qui naviguent à vue en se donnant des airs de savoir où elles vont.

No no boy (John Okada) Comme la narration est simple, j’attendais de lire une phrase évoquant quelque chose de simple avec justesse. Je la trouve ci : Elle avait posé ses poignets sur ses genoux, ses mains pleines de terre évitant soigneusement de toucher sa salopette tachée, comme si elle portait une jupe propre. (p. 164). Je mendie, je le sais, et cela sans honte, car c’est ainsi que le monde va. (p. 186). cet homme qui avait fabriqué un chasse-neige dans ville sans neige simplement parce qu’il en avait eu envie. (p. 251). Ils en bavent, les vivants. (p. 275). Je me rends compte que ma vie merdique n’est qu’une toute petite partie de ce monde merdique. (p. 377). Personne n’a le droit de m’interdire d’aller où j’veux. J’ai des dents et des cheveux, comme tout le monde. (p. 393). (Dans la saison 2 de la série The terror qui parle de Japonais internés en Amérique pendant la guerre et tourmentés par un yurei (un esprit), on mentionne, dans l’épisode 5, ce questionnaire, les questions 28 et 29, ainsi que le camp de haute sécurité de Tule Lake.)

Le livre de M (Peng Shepherd). J’y suis allé à reculons, j’ai abandonné au bout de trois chapitres. Encore un livre dont on tourne les pages avec un sentiment grandissant d’exaspération. Aucune fulgurance de style, rien de neuf dans la structure. Un post-apo assemblé selon la mécanique page-turner. Les gens perdent leur ombre, puis la mémoire. Pandémie mondiale. Les survivants errent. Je l’ai repris après avoir lu un autre roman. Vais-je l’abandonner de nouveau ? Arrive cette histoire d’un éléphant à qui une scientifique apprend à peindre – exclusivement des portraits d’elle, cheveux noirs et jambe artificielle. Là-dessus, la sœur de l’éléphant (qui n’a jamais vu la scientifique), parquée ailleurs, se met à peindre à son tour, et à peindre le même portrait. (Ce serait une évocation du véritable éléphant Gajarajan couplée à un récit de la mythologie indienne.) Ensuite, un quartier entier disparaît, lié à la mémoire défaillante du patient zéro. Le livre basculerait-il dans une forme de réalisme magique ? Las ! Retour aux chapitres alternés, à l’écriture fonctionnelle, aux phrases courtes. Répétées. Répétées (mais en italiques). Aux effets soulignés. Et de nouveau, par bribes posées là, une figure géante qui dévore Manhattan, un loup qui parle, une forteresse d’eau qui entoure La Nouvelle Orléans… L’objet bizarre du récit est donc qu’un oubli délibéré provoque le basculement magique du monde et que la perte de son ombre en est une manifestation. Des dizaines de pages sans intérêt, comme conçues de manière aléatoire, sans fonction véritable – et une sidération maladroite. Rouges contres Blancs, etc. Encore une fois, bien qu’impromptu, le magique reste sur un plan cosmétique (ou participe de manière grotesque, plus que fine, à l’intrigue comme l’évasion par ceux qui transforment leur cage en réplique magique de leur camping-car). Je me demande quelle a été la motivation de l’auteure, sinon avancer à vue et produire des pages tandis que la volonté d’irréel tardait à prendre forme. Là encore, à mon sens, travail éditorial inabouti pour un résultat confus. Peut-on vraiment se satisfaire de tout ce fatras ? L’incrustation présidentielle disparut de l’écran. (p. 73) — Bordel, haletait Ory, les mains sur les oreilles. C’est n’importe quoi, putain. (p. 276). Oh, a soudain dit le loup. (p. 314). Je n’y comprends rien, dit Naz, perplexe. (p. 517).

Nouvelle : Les ombres des Blancs se transforment en Noirs.

Il ne montre jamais mieux sa hautaine superbe que lorsqu’il se drape, confit, dans ses inimitiés.

2021 / chapitre 2

2021 / chapitre 1

Nouvelle (Hebna Calde) : Un homme trompé par sa femme sculpte dans les cornes poussées sur son front le manche des couteaux avec lesquels il égorgera les amants.

Le professeur d’anglais (R. K. Narayan) Il n’est pas nécessaire d’introduire de la politique partout, dit Gajapathy. Je souhaiterais parfois qu’il n’y ait pas de politique dans le monde, et que personne ne sache qui gouverne, et comment. Cela nous aiderait à réfléchir sur tous les problèmes avec un peu plus de lucidité et de liberté. (p. 29). « Un homme doit se remarier dans les quinze jours après la mort de sa femme, autrement, c’est la ruine. J’étais la quatrième femme de mon mari, et il s’était toujours remarié dans les trois semaines. Les quatorze enfants sont très heureux. Qu’y a-t-il de mal à cela ? » (p. 182). Toute cette histoire était bien déconcertante. (p. 307). Sa femme, qui était maintenant bien assagie, le suppliait souvent de la laisser apporter à manger. Il déclinait cette offre avec fermeté et déclarait : « Non, c’est ainsi que commencent les problèmes. La cuisine est l’arsenal le plus redoutable que possède une femme. » (p. 324).

Quand je lis les lignes sensées que celle-ci écrit à propos d’une série ; que cet autre publie à propos d’un film et celui-là dit à propos d’une bande dessinée, je songe : Jamais je ne serais capable d’être autant sérieux, prolixe et juste, quel que soit le sujet. Lorsqu’on m’a demandé une préface pour Harry Dickson, je m’en suis sorti par une pirouette. Idem pour un recueil sur Mars : j’ai livré des fictions, pas une réflexion ou une analyse. Je suis absolument dépourvu d’outils intellectuels, de raisonnement, d’application, de décryptage, de méta-lecture. Suis-je un imposteur pour autant ? Pourquoi le penserai-je ? Parce que je trahis l’attente du lecteur demandeur de précision, d’éclairage ? Je ne peux parler sérieusement. Je ne suis capable que d’un amusant babil à propos des choses. Et d’ailleurs, je ne sais toujours pas de quelle manière fonctionne mon esprit, aucune lucidité d’aucune sorte n’a jusqu’ici jamais tenu.

The singing statues (J. G. Ballard – The complete short-stories) Make the statue sing again! (p. 403).

Le gouvernement [se] fiche [de] nos convictions politiques.

2021 / chapitre 1

2020 / chapitre 53

2020 CHAPITRE 53

La nostalgie, c’est donner à des choses qu’on a négligées par le passé plus de valeur que ce qu’on néglige aujourd’hui à leur profit.

La conjuration des visionnaires (Kai Meyer) Agréable lecture, intrigue qui se cherche et prend son temps. Apparaissent les frères Grimm et E. T. A. Hoffmann, traités avec légèreté. Alors pourquoi quelqu’un arrache-t-il les yeux de ses victimes et leur remplit-il les orbites de sable en provenance d’Égypte ? Pourquoi se fatigue-t-il à faire de leurs entrailles de jolis petits tas en forme de pyramide ? p. 232). Pour ma part, je me détournai et me mis à vomir. (p. 78). Je ne regardai que mes mains, et, me souvenant de ce qu’elles venaient de tenir, je me mis à vomir, protégé par l’ombre bienfaisante. (p. 225). Il y avait des siècles que je n’avais rien mangé, aussi, lorsque je me mis à vomir, je n’expulsai qu’une bile amère dans la cendre. (p. 294). Mon estomac commença à faire des siennes, lorsque je vis les horribles blessures ; je me reculai, prêt à vomir. (p. 361). Je toussai violemment, car un renvoi amer de sucs gastriques était en train de m’étouffer. (p. 362).

Polar : décider de trois éléments simples, les croiser, prendre des individus dans cette toile. Complexifier leurs besoins de raison jusqu’à l’absurde.

Le moyen-âge, avec ses corps et ses armures est un CRASH! médiéval.

Princesse Mon-Cul-mes-Fesses, Angélique, Marchande de quiches, attend nue sous son tricot jacquard que s’anime le jacquemart et que sonnent les douze coups de son braquemart.

Light is on the drunken nun.

Est-il vrai que les téléchargements abordable sont faisable si vous favoritiser les copies piratées de chiquenaudes? Yes, ça l’est. Mais vous devez prendre la responsabilité et devoir pour le téléchargement de ces fichiers. Illégale copies de film sont moins chers, cependant ils sont à venir dans beaucoup moins qualité. En outre, vous pourriez éventuellement risque Yourself d’avoir Illegal téléchargements, qui est punissable par la Loi. Rappelez-vous, le piratage et Illegal Film téléchargements ne serait pas proliférer si vous ne serait pas aider faire plus s’épanouir. Ne pas patronner ces téléchargements si vous pourriez aider le commerce restreindre ces activités illégale. (Sur un site de téléchargement.)

L’Homme au sable (E. T. A Hoffmann) Beaucoup d’amants, afin d’être bien convaincus qu’ils n’étaient pas épris d’une automate, exigèrent de leurs maîtresses […] qu’elles parlassent quelquefois réellement, c’est-à-dire que leurs paroles exprimassent quelquefois des sentiments et des pensées, ce qui fit rompre la plupart des liaisons amoureuses. (p. 251).

2020 / chapitre 53

2020 / chapitre 52

Un Président-intubé plongé dans un coma artificiel le temps de son quinquennat – et, s’il les perd, débranché au lendemain des élections – guidera les Français de Nouvelle Souche vers le Radieux Confinement.

Écrire un nouveau livre de genre… N’est-ce pas une redite appauvrie, un plagiat ? Est-ce qu’il enrichit le canon ? L’auteur de genre n’est que de la chair à canon.

Rika Zaraï morte, c’est une autre Israélienne fameuse, Gal Gadot, qui reprendra le rôle de Diana Prince dans Wonder Woman 1984 (film qui revient sur l’intense période d’écriture du best-seller Ma médecine naturelle).

Body snatchers 2021 : un tas de décervelés avides, mais stériles, captent, dépècent et vident de leur âme l’acquis de sept décennies pour rembourser leurs dettes.

N’oubliez pas que derrière chaque foie gras, il y a un canard liké.

Toute notre culture est fondée sur la trace.

Le conte des contes (Giambattista Basile) Celui qui a dit que la fortune est aveugle […], qu’il aille se faire foutre ! car elle frappe vraiment à l’aveuglette, portant au pinacle certaines personnes qui auraient leur place dans un champs de fèves, en terrassant d’autres qui sont la fleur de l’humanité. (Le conte de l’ogre, p. 39)

2020 / chapitre 52

2020 / chapitre 51

Devenir viral.

Une personne fait un geste à un endroit : c’est ainsi que se singularisent les histoires dès les premières lignes.

Un long voyage (Claire Duvivier) « Tu sais ce qu’est la fièvre obsidionale ? » Je lui demandai s’il s’agissait d’une maladie contagieuse, et elle hocha la tête. « Elle se transmet par la parole. » (p. 158).

Rapport d’étape fin 2020 : Un sarkoziste reprend Pif le Chien, Benalla place ses billes dans le bizness de la reconnaissance faciale et le géant des communications AT&T éponge sa dette sur le dos de la production cinéma. Là-dessus, Coralie Delaume meurt.

Quels sont les souvenirs que Trintignant garde du tournage du Fanfaron ? Quels sont les souvenirs que les acteurs gardent d’un tournage devant le fond vert d’un blockbuster ?

Make Vichy Great Again.

La communauté de Redhill (Catherine Louisa Pirkis) Au fait, on dit que les traits d’un homme peuvent suffire à le faire pendre et avant de faire la connaissance de sœur Monica, je ne pensais pas qu’une telle maxime pouvait s’appliquer à une femme.

The Mandalorian : le final de la S02 confirme bien que les scénaristes travaillent à plat ventre sur la moquette de leur chambre avec des figurines. (Et que la boule de la manette convoitée par Bébé Yoda est bien Bébé Étoile noire.)

En quoi est-ce rassurant que l’état de santé de Macron soit stable ?

Un livre doit avoir plein de recoins savoureux (Rosny aîné à propos d’un livre de Camille Lemonnier, cité par Fabrice Mundzik dans Le novelliste #02).

2020 / chapitre 51

2020 / chapitre 50

Le futur des réseaux sociaux : vous mourez sous le regard de huit milliards de followers.

La genèse de toute histoire écrite ? Une prétention.

The bulk and sculpture of our memories are sculpted by ourselves, not by the facts. (Werner Herzog, Rolling Stone interview, 9 décembre 2020)

Faut-il rémunérer davantage celui qui conçoit ou celui qui vend ? (Libération, à propos d’urbanisme.)

Les rouages du destin (Lyon Sprague de Camp) À quoi bon faire venir les armées du commandeur des croyants jusqu’ici si c’est pour camper devant l’ennemi et lui faire des grimaces ? (in Le Novelliste 02)

Je me demande si le standard téléphonique de l’Élysée est autant importuné que le particulier par les bureaux d’études de pompes à chaleur et d’isolation des combles avec des pièces d’1 €.

2020 / chapitre 50

2020 / chapitre 49

 

Guider le peuple vers le mur, mais n’être responsable de rien.

Loi de sécurité globale (à ski) : Article 25 – obligation de flouter le visage des députés ayant voté pour ladite loi et son article 24. Article 26 – flouter également la Suisse et ses remonte-pentes. Article 27 – flouter la constitution une bonne fois pour toutes, tant qu’on y est.

Ne pas confondre flouter et filouter.

Le Chevalier pandémique (titre).

Le mot polygraphe me fait toujours songer à un poney avec des sabots en crayon.

La lecture d’une critique de leur œuvre donne à certains l’allure de confinés jetant un œil surpris au monde extérieur.

Je reviens du compost les chaussures crottées. Pour ne pas entrer, je gigote de l’autre côté de la fenêtre fermée et mime à Catherine : Donne-moi la boîte et 2,50 € que j’aille chercher des œufs chez le voisin. Elle ouvre, intriguée, et me demande : Tu as vraiment vu deux lapins ?.

Un type repeint une carte du monde avec le blanc des contrées inexplorées.

Il y a sans doute déjà quelque chose de ballardien dans The servant de Joseph Losey : pour preuve c’est tourné dans les studios de Shepperton (fun fact : aucun des trois adaptations de l’œuvre de Ballard – Crash!, Empire of the Sun, High-Rise – n’a été tourné à Shepperton.)

Le milieu n’est pas le lectorat.

Nom donné à une contrée sous les mers : la Scaphandrie.

Une cosmologie de monstres (Shaun Hamill). Je ne sais pas si j’apprécie ou pas Je le lis comme à travers une vitre. Description d’un famille de la classe moyenne américaine (bbq, château fort gonflable dans le jardin, littérature fantastique comme élément perturbateur). Et Lovecraft qui glisse son tentacule dans l’ordonnance de la banlieue. Crédo supposé de l’auteur : Si je recopie mot à mot un Stephen King, j’aurais écris un livre à succès. Pourquoi les tordus de ce monde ont-ils autant de pouvoir ? Je l’ignore. (p. 225). Le mot tordus s’applique là aux tentacules.

L’existence numérique est une brève étape vers le néant ; le support physique en est une autre variété.

Nouvelle : Désormais, l’exécution d’une peine capitale se fera au recours d’une ceinture explosive placée sur le condamné enfermé dans une pièce de béton munie d’un grande vitre, ce qui autorisera la présence d’un public.

Red Team : échange privé amical avec Laurent Genefort, qui réagissait à la mention ironique de ma part, sur facebook, du Capitaine Danrit. Le milieu de la SF française encore victime de fragmentation et d’entropie. Certains rament à susciter un débat où exposer leur belle morale face aux va-t-en-guerre : leur effort peine comme un campagne Ulule de trop.

Lorsqu’un texte est écrit avec un soin trop apparent, on traque la pétouille. Dans un truc torché avec les pieds, on cueille la fulgurance.

2020 / chapitre 49

2020 / chapitre 48

Jouer avec le temps de la narration (inversion, juxtaposition) s’appelle une nolânerie.

L’affaire Deltchev (Eric Ambler) Ces hommes stupides, ces hommes qui ont peur, sont dangereux — non pour ce qu’ils sont maintenant, mais pour ce qu’ils ont l’intention de devenir : nos maîtres. (p. 36).

Ceci dit, flouter le visage des policiers pour leur assurer qu’il ne sera pas porté atteinte à leur intégrité physique ou psychique de manière malveillante à la suite d’une intervention, d’une nasse ou d’un piétinement de bébé migrant serait moins extrême, moins coûteux (et, osons l’écrire, moins éreintant pour celui qui aurait en charge de manier le LBD) que ne le serait l’effort consistant, pour les empêcher d’y voir clair dans la répression, à éborgner tous les manifestants avides, sur les réseaux sociaux, d’hallali facial concernant les forces de l’ordre, non ?

Plutôt que se flouter pour mieux nous éborgner, ils devraient essayer le fameux complet brouillé de Substance mort.

Pour mener à bien l’écriture d’un roman conséquent, il ne faut pas se placer en position de subordination à des règles ; il faut savoir en déjouer la conformation camisolesque.

Prolongement de la vie et mariage sans distinction de sexe conduira à une société où Zsa Zsa Gábor pourrait épouser Jeanne Calment en dixièmes noces.

Béatrice à l’abordage (Georges Chaulet) « Tudieu ! Serait-ce là une flottille de Mahométans ? — Vous l’avez dit. — Et nous allons devoir nous battre contre eux ? » (p. 99).

Nouvelle : Société transhumaniste où les écrivains (appelés dans le texte par leur vrai nom) sont augmentés d’un implant-drône et où ce sont eux-même qui livrent leur ouvrage (dont le ton et le sujet sont exigés par l’acheteur) en volant au-dessus des toits. La nouvelle traite de toutes les bizarreries qui en découlent, le statut d’auteur à son compte, les périls qu’ils encourent, les nasses formées par les éditeurs, les auteurs-drônes concurrents, les fous qui glissent des textes non désirés – toute la chaîne du livre et ses tourments exposés dans le ciel.

Je n’aime pas les grands (Pierre Léauté) Dissimule sa pertinence sous une idée loufoque tramée de blagues à deux sous, écrite comme pour un blog. Vraiment très léger (surtout en lecture parallèle des nouvelles de Ballard). Eu ma ration de points d’exclamation pour 10 ans de lecture !!!! J’espère que l’auteur ne se prend pas trop au sérieux, malgré la mention en fin d’ouvrage d’un livret pédagogique.

2020 / chapitre 48

2020 / chapitre 47

Pas un homme ne revient pour se plaindre de la mort. Les sachant si prompts à gueuler, on peut y voir la preuve que c’est pas si terrible que ça.

Le fantôme du chimpanzé (Fredric Brown) Est-ce que ce n’était pas voyager un peu léger, de prendre seulement une petite mallette pour un voyage de quinze jours ? — Les vêtements de nains ne sont pas grands, Rita. (p. 227). Tu as déjà entendu un grand violoniste, Rita ? Et pensé à ce qu’il faisait ? Racler des poils de queue de cheval sur des boyaux de mouton desséchés. (p. 259).

Loi dite de sécurité globale : disposition législative permettant de substituer à l’image des forces de l’ordre celles des organes génitaux floutés d’actrices et d’acteurs pornos japonais.

Ôtons le droit de vote aux citoyens sous respirateur.

2020 / chapitre 47

2020 / chapitre 46

Joseph Altairac est mort lundi soir chez lui. Je pense à Notre-dame des ténèbres de Fritz Leiber. S’il est possible de glisser une image merveilleuse avant celle des pompiers défonçant la porte de son appartement, j’imagine les livres prenant la place de l’autre personne dans le lit à côté de lui, je vois cette silhouette de papier à découpe humaine se redresser un peu sur son flanc et l’accueillir dans ses bras. Joseph, ça a tout d’abord été un nom sur le forum BDFI. Et puis, invité par Jean-Luc Rivera à Sèvres la première fois – moi qui ne connaissais absolument personne et avais publié juste une poignée de fascicules – je le croise et le salue. Les étiquettes de cheptel de salon qui nous singularisent parlent pour nous. Par la suite et pour plus de dix ans, il a été pour moi l’assurance d’un écho sensible à tout ce qui anime le milieu restreint des Savanturiers, loin des mesquineries égotiques et des ignorances intransigeantes. Lui et Guy Costes ont finalement été l’impulsion, l’armature et la raison d’être de L’Homme qui Traversa la Terre, roman issu de ma lecture page après page et sur une décennie de leurs vertigineuses Terres Creuses. Joseph a affirmé qu’avec cette histoire, j’avais réussi quelque chose. Je n’en demandais pas plus. Moi qui suis enclin à oublier, j’étais amusé non tant par son érudition que par la mémoire qui la permettait, par l’inlassable curiosité qui la nourrissait, par la patience infinie qu’elle suggérait. Mémoire, curiosité, patience : les trois faces d’une belle humanité. Et sa gentillesse en socle, qui rendait ridicule toute idée de conflit. Mieux : il incitait à ce qu’on parle avec intelligence, il était le sourcier de subtilités trop souvent laissées à l’état velléitaire – pour mon cas du moins – et, par son médium, enfin proférées avec simplicité et parfaitement entendues. Lorsqu’il parlait, il fermait les yeux. Il les a fermés pour toujours ; sans doute rêve-t-il du songe d’un érudit éthérique désengagé, arpentant les rayonnages d’une documentation infinie, nous saluant pour longtemps encore entre l’encre et le papier de nos drôles de lectures.

Le deuxième partie de mes récits s’emploie à détruire la diégèse élaborée dans la première.

Lorsqu’un gouvernement prend une décision, on a le sentiment de devoir vivre sous sa férule pendant mille ans.

126 recettes pour faire des liqueurs (C. Fadol, imprimé en 1932.) C’est pourquoi nous décrivons d’après les excellentes « Recettes de la Campagne » de MM. Chaplet et Rousset un autre modèle d’alambic, facile à construire soi-même, d’une étonnante simplicité, et tout plein mignon. (p. 33).

The Watch-Towers (J. G. Ballard – The complete short-stories) The confined dimensions of the dusty sitting-room seemed to suffocate reason. (p. 375).

2020 / chapitre 46