Parutions : liste chronologique

(chaque titre grisé renvoie à un article ; à terme tous auront le leur.
mais dans un parfait désordre de publication – selon notre humeur.)
Vous trouverez le lien vers le site de l’éditeur entre parenthèses.

[2008]
la rivière sans visage (Harry Dickson No. 181 / FASCICULE)
Le ministère du grand nocturne (Harry Dickson No. 184 / FASCICULE)
LE RÉVEIL DU CHRONOMAÎTRE (Harry Dickson No. 187 / FASCICULE)

[2009]
Le baal des psychonautes (Harry dickson No. 182 / FASCICULE)
le secret de la pyramide invisible (Harry dickson No. 183 / FASCICULE)
la treizième face du crime (Harry dickson No. 202 / FASCICULE)
crime avec fait étrange (hebna calde no. 1 / fascicule)
le dieu inhabité (Harry dickson No. 185 / FASCICULE)
crime avec singe (hebna calde no. 2 / FASCICULE)

[2010]
le meurtre de poplar hospital (lady lace no. 1 / FASCICULE)
le désert des chercheurs d’ordre (Harry dickson No. 186 / FASCICULE)
Jeanne d’arc contre le maître des vampires (jeanne d’arc no. 1 / FASCICULE)
jeanne d’arc au pôle nord (jeanne d’arc no. 2 / FASCICULE)
le fil à couper le cœur (Harry dickson No. 188 / FASCICULE)

[2011]
la mort aux tentacules de poussière (le psychagog no. 1 FASCICULE)
souvenirs à propos de harry dickson par un affabulateur venu de mars (PRÉFACE)
musée-homme (NOUVELLE)
chimère (NOUVELLE)
l’isoloir (NOUVELLE)

[2012]
le cimetière des hommes morts (harry dickson No. 189 / FASCICULE)
ravageuse ! (cover to cover no. 1 / FASCICULE)
oops !… they did it again (NOUVELLE)
l’homme au cœur double (NOUVELLE)
the man with the double earth (NOUVELLE / TRADUCTION de la précédente)

[2013]
les revenants de l’île de pâques (NOUVELLE)
necroporno (ROMAN)
on se revoit à la saint-truphème (NOUVELLE)
SEPT POUR UN MILLION (NOUVELLE)
Amour, siamois et sorcellerie (NOUVELLE)
JE ME DÉCIDAI POUR UNE HISTOIRE COURTE (NOUVELLE)
les onze mille gorges de l’océan (NOUVELLE)
l’île du docteur corman (FASCICULE)

[2014]
les porteurs de deuil (Harry dickson No. 190 / FASCICULE)
la machine à explorer baker street (NOUVELLE)
chienne (NOUVELLE)

[2015]
les marionnettes de la mort (NOUVELLE)
hors des eaux (NOUVELLE)
killing joe d’amato (NOUVELLE)
le bruit des os (NOUVELLE)

[2016]
harry dickson s’amuse (NOUVELLE)
harry dickson 1 (RECUEIL)
VERs MARS à bicyclette (PRÉFACE THÉÂTRALE)
HARRY DICKSON 2 (RECUEIL)
l’homme qui traversa la terre (ROMAN)

[2017]
L’eau-delà (NOUVELLE)

[2018]
Femmes d’argile et d’osier (roman)
Parutions : liste chronologique

#rêve2018/10/08 [29]

Je volais au-dessus des toits de Paris, de belles coupoles ocre, or et laiton, en cherchant la Tour Eiffel pour me repérer. Lorsqu’on vole, pensais-je, le plus délicat est de savoir régler sa vitesse et de se repérer. Puis je me retrouvais à garder le chat d’une autrice. J’étais interviewé par une sorte de machine en tôle magnétique pilotée par une jeune femme. Tandis que j’avais les yeux fermés par les longs poils du micro, le chat de l’autrice se transformait en pièce mécanique et remplaçait mon mollet droit.

#rêve2018/10/08 [29]

#rêve2018/28/07 [28]

Moi et d’autres étions dans un lit cage de fer peint en blanc. Nous attendions d’être opérés du cerveau. La sédation allait faire son effet. Il y avait un dispositif, une roue crantée avec un cliquet anti-retour qui nous appuyait une sorte de boudin de silicone transparent exactement à la pointe du menton pour nous maintenir la tête droite. Les lits quittaient l’hôpital et roulaient de manière autonome à travers un parking encombré de tentes de réfugiés.

#rêve2018/28/07 [28]

#rêve2018/27/07 [27]

Je remontais une rue en auto, je me garais je ne sais où, entrais dans le cinéma et commençais à faire la queue pour voir Lara Croft. Puis l’attente s’éternisait, la caissière remettait le cordon et disparaissait alors que nous étions encore beaucoup à attendre. Je discutais avec des jeunes – j’étais vieux et il n’y avait que des jeunes filles dont Sabrina, avec des paillettes sur les ongles. Nous sympathisions, elle et ses amies. Elles savaient qui j’étais, auteur et éditeur. La salle de projection était bien pentue, il fallait proposer le titre d’une chanson à un interprète : l’écrire sur un papier et le glisser dans une urne. Nous nous aidions et devenions tous proches.

#rêve2018/27/07 [27]

#rêve2018/15/06 [23]

J’apprenais à un ami (précisé dans le rêve) que, grâce à mon frère, j’avais obtenu les visas, l’autorisation et le financement pour tourner en Amérique du Sud le film qu’il désirait – moyennant le fait que je joue dedans. Enthousiaste, cet ami me montrait des dizaines de carnets reliés et remplis de dessins exécutés à la main : son story-board, plan par plan, extrêmement détaillé. Par ex., cette scène où un type sort la tête de derrière un bureau et se la fait illico exploser par un sniper. Juste à côté surgit alors celle d’un bébé hilare. Il y avait même un système d’étoiles pour estimer les tarifs de la douane concernant les objets et accessoires du décorateur.

#rêve2018/15/06 [23]

#rêve2018/03/06 [22]

Dans une plaine, des milliers d’hommes au casque gris, sous le même uniforme – des soldats massacrés et pas d’ennemi visible. Se tuaient-ils les uns les autres ? Je m’en échappais, arrivais dans une sorte de bunker-hôtel aux pièces étroites. Frigidaire plein, conditions de vie acceptables. Je laissais ma famille et allais chercher du travail dans une entreprise « branchée » : des ordinateurs peints à la bombe, des activités cryptiques. Je voulais retourner à l’hôtel. L’un des employés m’accompagnait, pas moyen de retrouver l’hôtel – à la place, un établissement luxueux avec des vitrines et des bijoux.

#rêve2018/03/06 [22]

#rêve2018/02/06 [21]

Un ami que je ne vois plus depuis des années réapparaissait. D’abord dans notre voiture neuve, il me prenait le volant des mains, la voiture versait dans le fossé, il filait sous l’aubépine et la sortait de là, plus de toit, arraché. Puis je le retrouvais dans la chambre, il avait rehaussé les lits et les avait placés tête-bêche. Il coupait ensuite les pieds d’une table en petits cubes et les liait ensemble « pour faire une plaque chauffante sur la gazinière ».

#rêve2018/02/06 [21]

#rêve2018/26/05 [20]

Je me retrouvais sur un trottoir encombré de bras et de jambes factices, près d’un grand centre de congrès. C’était un salon des prothèses, je croisais des gens sans membres, et même une fille qui n’avait plus que les épaules et la tête, le reste de son corps était comme ces personnages de bois pour les dessinateurs. Elle chantait. Puis il y avait l’organisation d’une sorte de randonnée pour ces amputés, des indications à la craie sur le trajet, qui les prévenaient des difficultés. Je m’en éloignais, arrivais dans une cuvette en contrebas de la tour Eiffel, couverte de racines auxquelles je devais m’agripper pour sortir.

#rêve2018/26/05 [20]