#rêve2018/10/08 [29]

Je volais au-dessus des toits de Paris, de belles coupoles ocre, or et laiton, en cherchant la Tour Eiffel pour me repérer. Lorsqu’on vole, pensais-je, le plus délicat est de savoir régler sa vitesse et de se repérer. Puis je me retrouvais à garder le chat d’une autrice. J’étais interviewé par une sorte de machine en tôle magnétique pilotée par une jeune femme. Tandis que j’avais les yeux fermés par les longs poils du micro, le chat de l’autrice se transformait en pièce mécanique et remplaçait mon mollet droit.

#rêve2018/10/08 [29]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.