JOURNAL 2019 / Semaine 41

lundi 7 octobre

[Tout d’abord, j’ai besoin d’un éditeur. Déjà parce que je l’aime mon éditeur, on discute ensemble, on parle littérature, on boit des coups, on voyage, on travaille et on se marre.]…[Après m’avoir aidé à parachever un livre, il en parle aux libraires, les rencontre, met mon texte en avant, leur demande de le lire, de le vendre aux lecteurs qui vivent autour de leur librairie et que je n’ai aucune chance d’atteindre avec l’internet d’aujourd’hui.] (Piqué à Thierry Crouzet)

Et aussi, du même : [Je poste une blague en ligne : « Prix littéraires : ils sont si nombreux que je dois le faire exprès pour n’être dans aucun. » Mais ce n’est pas rigolo, c’est même putain de frustrant, avoir l’impression que tous les autres sont des écrivains respectables et pas moi.] Non, rien….

(Le mien d’éditeur, j’ai ébrêché l’image qu’il veut donner de lui, et en y répondant de sa manière, il l’a élargie.)

Carnival Row : parallèle à retenir entre les dos de ceux qui se flagellent el les cicatrices des ex-fées mutilées.

mardi 8 octobre

Travaillé sur Caïman et c’est tout.

mercredi 9 octobre

Idem 8.

jeudi 10 octobre

Idem 9 + deux kilos de coulemelles.

vendredi 11 octobre

Idem 10 + cardiologie à Auxerre : pile du défibrillateur à 80%.

samedi 12 octobre

Quoi donc ? Du monde à la maison, un canard à l’orange.

dimanche 13 octobre

Salon du livre de Migennes.

Cher journal, j’ai pas envie de causer. Je pense à des tas de trucs, mais je trouve insane de t’en faire part tous les jours. C’est un jeu à la con.

JOURNAL 2019 / Semaine 41

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.