2020 / chapitre 21

Trouvez-moi un barbier, un seul, qui ait jamais égorgé un client !

Le siècle des lumières (Alejo Carpentier) La religieuse parlait doucement des leures du monde et des joies du cloître (p. 36). Sofia, observant la multitude de ces créatures éphémères, était stupéfaite par la perpétuelle destruction des choses crées, qui équivalait à un luxe perpétuel de la création : luxe, que de multiplier pour supprimer à une plus grande échelle ; luxe, que de tant engendrer dans les matrices les plus élémentaires aussi bien que sur les tours des hommes-dieux, pour remettre ensuite les fruits à un monde en état de perpétuel dévorement. (p. 111). Hymne au salpêtre (p. 154). car ce n’est guère autre chose que de la mauvaise rhétorique (p. 155). particulièrement durs dans la manière de traiter leurs esclaves, toujours qualifiés de paresseux, d’idiots, de voleurs, de marrons en puissance, de propres à rien, par ceux qui les faisaient travailler de l’aube au crépuscule. (p209). Le monstre ouvrait ses petits yeux de pachyderme et voyant que voguait près de lui une méchante pirogue sardinière, plongeait à nouveau, angoissé et craintif, vers la solitude de ses abîmes pour attendre q’un siècle encore s’écoulât avant de retourner dans un monde semé d’embûches. (p. 241). le mahométan Mackandal, manchot à qui l’on attribuait des pouvoirs lycanthropiques (p. 311). On assistait à cette époque à une multiplication, à une prolifération universelle de paperasses, couvertes de cachets, de seings et de contreseings, dont les libellés épuisaient les synonymes de « permission », « sauf-conduit », « passeport », et de tous ces mots qui pouvaient exprimer l’autorisation de se déplacer d’un pays à un autre, d’une contrée à une autre, parfois d’une ville à une autre […] qui s’appliquaient à restreindre […] la liberté de l’homme, en tout ce qui concernait sa primordiale et féconde possibilité de se déplacer sur la surface de la planète que le sort lui avait donné en partage. […] Esteban était exaspéré […] de penser que l’être humain devait faire dépendre d’une paperasse sa souveraine liberté de déplacement. « Décidément, se disait-il, je ne suis pas né pour être ce qu’on entend aujourd’hui par bon citoyen… » (p. 316). On eût dit que la civilisation avait enlevé à l’homme tout courage devant la mort, malgré les arguments qu’elle avait forgés à travers les siècles pour se l’expliquer en toute lucidité et l’admettre avec calme. (p. 371).

Cinq romans de Carpentier lus, rencontré trois occurrences du mot mélismatique et cette image croisée deux fois : le cri mélismatique d’un géant noir qui porte un panier de calmars sur la tête, (Le partage des eaux, p. 59) ; Le géant qui […] offrait un énorme calmar à bout de bras, se transfigurait en Persée de Cellini. (Le siècle des lumières, p. 123).

L’Imaginaire : on s’affranchit, par nécessité, de la réalité. Le pulp : on s’affranchit d’une certaine logique, d’une certaine parcimonie, par nécessité pulp. Le conte : on s’affranchit de la nécessité.

Imaginaire connu, balisé, où on pénètre comme chez soi.

Germes de vie (Eric Temple Bell, sous le pseudo de John Taine) : Des ampoules de vingt millions de volts créent la vie et inversent l’évolution. En roue libre, avec cette narration elliptique comme un carnet de rendez-vous, foutraque et sublime, car absolument au premier degré. Impensable, le sort du personnage féminin.

L’Homme n’éprouve que des hypothèses raisonnables.

Se faire éditer, c’est lier sa destinée à un surgeon égotiste et hasardeux d’une industrie dont l’auteur finit d’une certaine manière par être un parasite besogneux voué, s’il désire encore écrire, au pseudonyme, à l’exploitation et au silence.

Un weird Cayenne.

(Paf, raccroché au nez de Léa.) Bonjou’, ié suiiiis Lea de Mini’tère Éco’ogie, ié vous gnappelle pou’…

Les ténèbres et l’aurore (George Allan England) : Un ingénieur-conseil et une sténo-dactylo se réveillent dans Manhattan après un sommeil de huit siècles. — Mais nous sommes des êtres humains ! — Je sais. Certaines forces naturelles inconnues, cependant, ont pu nous traiter tout simplement comme des organismes primaires, non mammifères et non organisés. (p. 23). — De la lumière ? Mais comment est-ce possible ? Il ne doit pas rester une seule allumette dans le monde entier ! (p. 35). — Des outils ! cria-t-il en regardant autour de lui dans la pénombre. Des outils, il me faut des outils. Tant que je n’en aurai pas trouvé, je serai impuissant.(p. 45). — Le même vieux monde, après tout, le même malgré tout, Dieu soit loué ! murmura-t-il comme une prière d’action de grâces. (p. 48). Quelques-uns ont pu échapper à la grande mort, à de hautes altitudes, sur la tour Eiffel, par exemple (p. 73).

2020 / chapitre 21

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.