JOURNAL 2019 / semaine 14

lundi 1 avril

C’est la souffrance hardcore de Jeanne qui sous-tend notre fascination pour elle – et sa propre folie nous dédouane de toute perversion, n’est-ce pas. Pour résumer, vu dernièrement trois productions Netflix : une daube – Outlaw King (mais où j’ai remarqué Florence Pugh, celle de The little drummer girl) et deux films respectables – Highwaymen et The Boy Who Harnessed the Wind (de l’acteur Chiwetel Ejiofor).

mardi 2 avril

Les filles de la médiathèque égorgeaient un grand cheval de Troie en carton, construit pour une animation passée ; à l’intérieur, une table. En voyant l’excellent A most wanted man (Anton Corbijn) qui, de plus se passe à Hambourg, je songe que d’ici quelques années, Philip Seymour Hoffman aurait été parfait dans un biopic sur Kevin Coyne.

mercredi 3 avril

Lu Gilles et Jeanne (Michel Tournier). Vu Split : dans les tout premiers plans, lorsqu’il ouvre sa boutique, Bruce Willis ressemble à Brice Tarvel.

jeudi 4 avril

Marrant : le 20 mars, j’écoute Barbe Bleue de Bartók / le 26, je commence Le chant du monde de Giono, dans lequel je note le mot « besson » (jumeau) jamais rencontré auparavant / hier dans la boîte à lire de Cerisiers, je trouve Gilles et Jeanne de Tournier, dans lequel, a) je croise donc Gille de Rais / Barbe Bleue et b) je tombe sur le mot « besson ». Revu Le pays où rêvent les fourmis vertes (Werner Herzog) en prolongement de la lecture de Chatwin / antithèse de Fitzcarraldo (un bateau passé par-dessus une montagne) ; là, Herzog fait atterrir un gros porteur dans un désert tout plat avec trois bulldozers. / Herzog prépare un documentaire sur Chatwin : Nomad: In The Footsteps Of Bruce Chatwin.

vendredi 5 avril

TMPSDB : troisième réécriture des 6 premiers chapitres, la pâte est pétrie, ça lève. D’une manière satisfaisante et surprenante. Vu Life (Anton Corbijn) : Dane DeHaan reste en surface du rôle ; imite mais n’incarne pas James Dean.

samedi 6 avril

Réunion littéraire au Maquis avec le libraire de Joigny : pas de lectorat imaginaire là-bas, me dit-il. Ai découvert de petits éditeurs dont Le ver à soie et un autre, que je n’ai plus en tête pour un écrivain serbe dont j’ai omis de noter le nom – mais je reviendrai avec un de ces jours. Avons parlé du Procès du cochon de Oscar Coop-Phane.

dimanche 7 avril

Un vide-grenier sous la pluie ; un autre au sec. Y ai trouvé du Park Chan-Wook (Lady Vengeance et Sympathy for Mr Vengeance, du Kiyoshi Kurosawa (Loft et Door III), un Johnny To (Breaking News) et d’autres d’intérêt. A 30 cts pièce. J’aime autant Johnnie To que Béla Tarr.

John Cowper Powys (Confessions de deux frères) : Le monde peut être plein de mystérieuses forces vivantes ; il peut avoir une infinie tendance à éclater de-ci de-là en espèces et formes conscientes de tous genres ; il peut être prolifique en organismes stupéfiants ; il peut être profond, étrange et insondable ; il peut avoir plusieurs niveaux d’entités cosmiques et d’êtres inconcevables ; il peut se dissoudre en d’impensables plans spatiaux ; mais je ne pourrai jamais parvenir à comprendre pourquoi cette multiplicité entièrement possible de la fertilité de la vie devrait à tout prix conduire à adhérer aux systèmes de réconfort idéaliste ou mystique, créés, de toute évidence, par l’homme. Le monde peut être aussi profond et mystérieux que vous voulez, mais cela n’implique pas du tout que nous ayons une vie après la mort ou qu’il y ait un Dieu, soit personnel soit immanent, que nous concernerions le moins du monde. […] J’ai si souvent le sentiment que cette qualité indescriptible que les poètes nomment magie court le danger d’être détruite par ces affirmations idéalistes. La dignité de la mort, par exemple, est, pour moi, absolument gâchée par ces faciles et arrogants espoirs d’heureuses résurrections. Même la grande théorie bouddhiste des incarnations successives me semble moins poétique que la finalité du tragique et païen « ave atque vale ! (*) », effleurée par la possibilité vague et à peine formulée de « quelque chose d’autre ».

(*) Au revoir et adieu (Catulle)

JOURNAL 2019 / semaine 14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.