JOURNAL 2019 / semaine 19

lundi 6 mai

Bon. Ai téléphoné à S. N. Confirmation de ma non-participation au festival d’Épinal (s’il ne fait pas partie des auteurs invités en amont de l’attribution du prix, le lauréat n’est pas ajouté à la liste), mais en revanche, invitation pour 2020. Tel à A-F R : pas de bandeau, pas de retirage, pas de re-mise en place. Pas de nouvelle vie pour le livre, hormis les commandes client en librairie et sur le site éditeur : il n’y a pas d’attaché de presse lié au prix pour s’occuper de faire rebondir l’affaire. Éventuellement, une mise en place du Hélios (avec sticker) à négocier avec le nouveau diffuseur à la fin de l’année. Ai la promesse que la collection Hélios sera travaillée en fonds permanent dans les librairies. Je vais donc devoir faire le vrp régional. Du coup, ai posté le tapuscrit du RDPDLPM à l’Arbre Vengeur et ai relancé David M. à propos du CC. Vu The old man and the gun (David Lowery, 2018) avec Robert Redford (82 ans), Sissy Spacek (69 ans), Tom Waits (69 ans), Danny Glover (72 ans), Keith Carradine (69 ans) et Casey Affleck (138 ans).

mardi 7 mai

Libraires sur Sens, médiathèque de Cerisiers, amis dans la profession :
— le grand prix du roman francophone aux Imaginales ? C’est extra ! Réassort librairies avec bandeau ?
— Non, avoir un prix ne fait pas vendre, puisqu’il n’y a pas d’attaché de presse, donc pas de réassort avec bandeau, rien et de toute manière, positionné au rayon imaginaire, le titre ne se vendait pas, il y a eu des retours importants au bout de deux très longs mois en place chez les libraires, c’est un échec, il y a peu, l’éditeur me glissait avec tact qu’il n’aurait pas dû le sortir, lui – mais quelqu’un d’autre.
— Ah. Et l’éditeur communique dessus, maintenant qu’il est primé ?
— Inutile, le diffuseur ne suivra pas, qui refuse à le repositionner en littérature générale – là où il pourrait toucher un autre lectorat.
— Donc, puisqu’il ne se vend pas, on ne le vend pas ?
— Ne faites pas de mauvais esprit.
— Dites, n’est-ce pas le même argument sardonique utilisé contre les libraires qui démontrent que l’Imaginaire ne se vend pas en supprimant le rayon ?
— Tss tss. Il y aura des commandes de clients, et il est toujours en vente sur le site. Comme tous les autres livres de l’éditeur.
— Zut alors, voilà donc un prix qui ne sert à rien, ou si peu, ni pour le roman ni pour l’éditeur qui œuvre pourtant avec vaillance, affirme-t-il, à proposer et à défendre des textes de qualité ? Il n’y aura donc aucune autre communication que celle de l’auteur, tout heureux, chantant sa joie à ses voisins de hameau et sur les réseaux sociaux ?
— Communication ? Ah, si : c’est écrit en gris pâle sur le site, tout en bas de la présentation du roman, et l’info était donnée en troisième position sur la newsletter de l’éditeur, après le rappel du prix spécial aux Imaginales 2018 (pour saluer un tome 2) et la sortie en poche du prix de la meilleure traduction 2018, toujours aux Imaginales. Je suis le petit dernier, tout fébrile.
— Mais vous serez tout de même à Épinal ?
— Non : le prix et le salon sont deux choses séparées, seuls les lauréats qui étaient invités avant le résultat des votes y sont, du coup.
— Et sur le stand de l’éditeur ?
— Il y a déjà plein d’auteurs et ce weekend-là, de manière sans doute benoîte, je suis sur un petit salon local (et policier). Et, je vous le répète, tout ça c’est la faute du diffuseur, et du salon, et du lectorat de l’Imaginaire, laminé et abêti par d’autres éditeurs qui n’œuvrent pas avec vaillance à défendre des textes de qualité.
— Pas de bandeau, tout de même, c’est triste d’avoir le prix, mais pas le bandeau.
— Je le regrette, c’est joli un bandeau, ça donne confiance en soi, pour les prochains textes à écrire. Pas de bandeau, mais un beau sticker.
— Ah, tout de même, un sticker.
— Oui, l’année prochaine, sur l’édition poche. Ce qui tombe bien : en 2020, je serai donc invité aux Imaginales. Avec un peu de chance, je pourrais saluer le lauréat suivant. Je verrai s’il est plutôt bandeau ou sticker.
Sinon, David M. ne prend pas mon roman CC : il a trop à faire avec ses auteurs pour les deux années à venir (mais il espère me saluer… aux Imaginales). C’est bien ma chance, tiens, de soumettre un roman à un éditeur qui s’occupe de ses auteurs.

mercredi 8 mai

Le fantastique n’est pas un distorsion de la réalité, qui, après un retour à la normale, après le rétablissement, laisse cette dernière avec une indicible empreinte ; à mon sens, c’est un abandon des règles de la réalité, sans explication ni retour, sans appel à une résolution, sans logique, sans cause-miroir ; c’est une redistribution après une mue. La fin d’un récit fantastique n’a pas à proposer de raison, elle n’est pas débitrice auprès de la réalité. Il ne faut pas faire croire au fil d’une logique point-par-point. Il ne faut pas inciter à demander : pourquoi. Il faut faire naître un frisson d’abandon, un frémissement, un renoncement. Là, rien n’est tenu d’obéir. Il n’y a pas de déception, de dépit qui tienne. Lu Kafka sur le rivage (Haruki Murakami) : personnages attachants, écriture limpide. Et fin qui évite tout formalisme logique, qui laisse les choses quelque peu flottantes. Plan définitif de TMPSDB : 18 chapitres, de ces chapitres flottants dont la nécessité narrative se révèle à la lecture du suivant afin de fasciner le lecteur avec un procédé plus amusant que l’abrupt suspens haché des thrillers. Les arts ont-ils été inventés pour qu’à table, on puisse parler d’autre chose que de sa mutuelle ? Pendant des siècles, des millénaires même, force et virilité ont été inséparables. C’est à ce point que dans l’imagination populaire le poids et le poil constituaient des attributs obligés de la force. L’homme fort avait le type préhistorique et additionnait l’obésité, la poitrine frisée et la barbe drue. On ne saurait attribuer trop d’importance à la révolution apportée par E.R. Burroughs avec son personnage de Tarzan. Car Tarzan incarne indiscutablement la force. Mais une force d’un type entièrement nouveau, glabre et agile. C’est le héros juvénile au menton lisse et au ventre plat. En vérité, cette histoire de barbe est une clé. Car, notez-le bien : non seulement Tarzan est impensable avec une barbe, mais il ne saurait pas davantage se raser tous les matins. Mais nous ne sommes pas allés assez loin en parlant de héros juvénile. C’est enfantin qu’il fallait dire. Tarzan n’a pas de barbe et n’aura jamais de barbe, parce qu’il est définitivement impubère. C’est un enfant de dix ans monté en graine et en force. (Michel Tournier, Le bonheur en Allemagne ? – p. 26)

vendredi 10 mai

Quand je lis un thriller, mon cerveau invente et rue pour s’échapper de l’histoire ; quand je lis Cowper Powys ou Cortázar, mon esprit flotte et dérive. Rien n’est plus beau que le chapitre 73 de Marelle. Le concept d’agence de voyage confus : pour ceux qui veulent quitter, s’en fichent de la destination.

samedi 11 mai

Jamais mon « œuvre » n’a été autant inachevée.

dimanche 12 mai

Arlette et Véronique à la Grange. Ai lu, dans Portraits et propos (par Luis Harss et Barbara Dohmann) ceux de Cortázar au moment de la sortie de Marelle : ma journée est toute déconstruite et l’herbe touche le ciel.

JOURNAL 2019 / semaine 19

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.