JOURNAL 2019 / Semaine 49

lundi 2 décembre

De retour à la Grange. Soulagé : fin de Sèvres courtois (mais relation rompue définitivement), concernant notre différend…

Et si la littérature n’était pas faite pour être préservée ou critiquée ?

mardi 3 décembre

Envoyé Le retour du prisonnier de la planète Mars à Malpertuis : le roman s’adresse aux Savanturiers, pas au grand public, pas d’utilité d’une diffusion plus large et par essence aléatoire. Il suffit qu’il soit présent dans les salons.

mercredi 4 décembre

Partant de l’idée que la forme achevée d’un roman ne peut être maîtrisable en amont de son écriture, il découle qu’un plan préalable n’est que l’ombre d’une histoire 1) qui n’existe pas et 2) qui est en mouvement.

jeudi 5 décembre

G r è v e.

vendredi 6 décembre

Pas de transport entre le lit et mon meuble de travail.

samedi 7 décembre

Soirée livres au Maquis. Ai apporté Parmi d’étranges victimes et Lu’men. Reparti avec un Vuillard.

dimanche 8 décembre

Dernière soirée goguettes, de haute tenue, puis lancement du livre Laisse les profiteroles à Denise, qui regroupe les meilleurs textes des deux années passées – mis en page par Le Carnoplaste. Et ensuite, projection du film C’est assez bien d’être fou : un road movie où on suit un graffeur et son copain de Paris à Vladivostok – en camion, puis en train. Un film très émouvant et plein d’humanité, qui sans doute plairait à Werner Herzog. Rencontres avec des laissés-pour-compte du système. L’un dit : L’anarchie est mère de l’ordre.

JOURNAL 2019 / Semaine 49

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.